Anamso

association nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences oléagineuses

Protection des cultures contre les colombidés et les corvidés
liaison-extrait

Face à la recrudescence des dégâts infligés aux productions de semences de tournesol, maïs et sorgho en 2012, par les corvidés et colombidés, une enquête visant à quantifier le préjudice a été réalisée avec la collaboration des établissements, au niveau national. Les chiffres récoltés ont montré la destruction partielle ou totale de près de 1350 ha, dont 450 pour le seul département de la Drôme.

 

Les représentants du secteur semencier (ANAMSO, Syndicat des Producteurs de Maïs et Sorgho de Rhône-Alpes et les établissements locaux) ont rencontré les pouvoirs publics (DDT 26), les acteurs de la Fédération de la Chasse et de lutte contre les organismes nuisibles (FDGDON 26) dans l’objectif de la mise en place d’une expérimentation "grandeur nature".

 

Au préalable, tous les moyens de lutte existants ont été répertoriés :

→ l’effarouchement : un certain nombre de dispositifs existent aujourd’hui, mais les oiseaux s’accoutument rapidement et leur efficacité diminue significativement avec le temps.

→ le piégeage : complexe à mettre en place et très contraignant (une cage pour environ 50 ha de production), il nécessite un suivi quotidien et doit être réalisé par un piégeur agréé.

→ les tirs de régulation : ils sont autorisés pour tout propriétaire. La demande doit être faite en DTT. Le formulaire est disponible en ligne sur les sites internet des DDT et des Fédérations départementales de la chasse.

 

Il faut cependant avoir à l’esprit que les tirs de destruction ne sont qu’une solution ultime qui doit faire suite à d’autres solutions comme le piégeage ou l’effarouchement. Les tirs de destruction ne doivent en aucun cas être la seule solution mise en œuvre pour réguler les populations de corvidés et de pigeons.

 

Il est important de déclarer aux pouvoirs publics les dégâts dont vos cultures ont pu faire l’objet et ce afin de pouvoir faire classer ou non ces espèces comme nuisibles dans chaque département, et bénéficier de ce fait des moyens de lutte élargis sur tout le territoire.

 

A l’issue de ces rencontres, les professionnels ont décidé de se mobiliser afin de mener une action concertée : la mise en place d’un site pilote sur la Drôme a été définie en fin d’année. L’idée étant de se servir des conclusions de cette action pour envisager de développer, à court terme et à tous les bassins de productions les moyens de lutte les plus probants.

 

Retrouvez tous les éléments vous permettant d'identifier les espèces et les modalités de lutte appropriées : vous avez la possibilité d'intervenir à titre individuel ou de faire appel à la Fédération Des Chasseurs.

 

aller en haut de page